Plaisance partagée.

Location de bateau ou co-navigation

Depuis quelques années dstage-initiation-voile-02es sites proposent sur internet ce service entre particulier, pour des unités de taille moyenne pour des durées variant du mois à la demi journée. La location de bateau ou le co-baturage se développe dans les ports Français. Cela correspond à l’évolution d’une économie dite « collaborative ».

La location de bateau entre particuliers

Elle ne rentre pas encore dans les habitudes. C’est principalement dû à l’attachement particulier que les propriétaires ont avec leur navire, mais aussi à la complexité des réglementations qui peuvent engager pénalement le loueur et assimiler son activité à un exercice lucratif taxable.

Si nous examinons toutes les contraintes, il semble raisonnable de penser que les professionnels de la location, plus aptes à déceler les problèmes potentiels et davantage disponibles, sont mieux placés pour assurer cette prestation pour votre compte, même s’il vous en coûte un pourcentage de la location qu’il convient de négocier.

Co-navigation ou co-baturage.

Cette notion est apparue il y a quelques années, elle n’est pas inintéressante sur le fond, va dans le sens d’une économie collaborative, rejoint l’envie de faire découvrir au plus grand nombre les plaisirs de la plaisance à voile ou à moteur. Elle permet également à des novices d’apprendre ou de se familiariser avant un achat. Il existe des plateformes sur le net qui mettent en relation équipiers et skippers, mais il est difficile de faire le tri géolocalement et les distances pour se rendre sur le lieu de navigation prennent une réelle signification dans le cas d’une annulation pour cause de gros temps ou d’un ajournement. (Ce qui n’est pas rare)

De tout temps il y a eu pour les bateaux à voile des bourses d’équipier, souvent une affichette à la capitainerie ou au club. Avec le développement d’Internet les initiatives sont plus nombreuses et surtout, plus faciles à mettre en œuvre.

Il est possible de passer par un site commercial. Celui-ci prend une rémunération sur les 2 parties, sous forme d’un abonnement mensuel ou annuel ou au coup par coup.

Certains clubs nautiques ou associations se lancent dans la course et leurs actions sont plus ciblées (à l’échelle d’un bassin de navigation par exemple). Se pose pour ces dernières, la question de la rémunération. A ce jour, la participation aux frais et les cotisations aux associations à but non lucratif ne sont pas assimilés à des revenus locatifs. Cela n’empêche pas de se préoccuper des risques juridiques qu’il vaut mieux aborder dans un système collectif plutôt qu’individuellement. L’APN44 souhaite mettre en avant une dimension toute simple mais importante à ses yeux, à savoir la qualité des relations humaines, qui passe par l’application de règles et comportements entre SKIPPERS et EQUUIPIERS.

NOTA : Certaines activités sont strictement réglementées. Pour mémoire :
-Un monitorat dans un cadre juridique approprié pour faire de l’initiation nautique.
-Un diplôme de capitaine professionnel, pour une activité commerciale de promenades, le bateau subissant des révisions annuelles obligatoires par un organisme compétent.
-Un monitorat pour la pêche en mer etc…

Publicités
Cet article a été publié dans Plaisance motorisée, Voile loisir. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Plaisance partagée.

  1. AB dit :

    test de commentaire de AB free

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s